Depuis 1867, Créateur-Producteur de Roses et Sélectionneur de Plantes & Accessoires pour Jardins
Service clients 04 78 34 46 52
FR
Menu
NOTRE PROMO DE LA SEMAINE : rosiers, accessoires, petits fruits...

Palmiers : conseils de plantation et d’entretien

Les palmiers évoquent irrésistiblement les vacances et participent aux rêves d’exotisme et d’évasion. Ils poussent naturellement dans les zones tropicales et subtropicales du bord des plages jusqu’aux pieds des montagnes.

Plantes utilitaires dans leurs contrées d’origine, des palmiers sont cultivés en Europe pour leur grand intérêt ornemental à partir du 16ème siècle dans les plus grandes cours d’Europe. Ils sont dans l’ensemble plutôt faciles à réussir, en prenant connaissance de leurs quelques préférences.

- Mieux connaître les palmiers

- Comment planter les palmiers ?

- Comment entretenir les palmiers ?

- Comment protéger les palmiers en hiver ?

- Quelles associations avec les palmiers ?


Mieux connaître les palmiers

De la famille des Arécacées, les palmiers regroupent près de 2800 espèces différentes groupées en 200 genres environ. Seulement deux palmiers poussent naturellement sur le pourtour méditerranéen, la grande majorité provient des zones tropicales et subtropicales de l’Asie du Sud Est, des Amériques, d’Afrique, d’Océanie et d’Australie.

On trouve donc chez les palmiers des espèces purement tropicales que l’on cultive exclusivement comme plantes d’intérieur et des espèces plus rustiques capables de s’acclimater à l’extérieur dans nos contrées.

Les palmiers ont tous en commun un feuillage persistant. Celui-ci peut être penné, c’est à dire en forme de peigne avec une longue tige centrale (le rachis) garnie de folioles (petites feuilles secondaires) latérales fines et allongées. Les feuilles peuvent aussi avoir une forme d’éventail arrondi plus ou moins profondément découpé. Certaines variétés possèdent des épines le long de leur pétiole, la portion de la tige qui relie la palme au stipe. Les feuilles sont groupées en bouquet plus ou moins retombant selon les variétés.

Avec l’âge, ils développent un « faux tronc » appelé stipe. Ce stipe se forme progressivement grâce à la base des feuilles les plus anciennes et prend avec le temps de la hauteur.

La floraison n’intervient sur des plantes matures qu’après 20 à 40 ans de culture ! Les fleurs apparaissent en grappes plus ou moins ramifiées et sont généralement d’une teinte crème à jaune orangé selon les espèces.

Les palmiers sont en majorité dioïques, ce qui signifie que les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des plantes différentes. En climat favorisé, les plantes femelles pollinisées produisent une fructification parfois comestible.  

Nous vous proposons des palmiers résistants au gel, mais leur rusticité diffère selon l’espèce. Certains sont capables de supporter des gelées de l’ordre de -15°C sans broncher, alors que d’autres peuvent souffrir à partir de -7 à -8°C. Tous les palmiers se cultivent aisément en grands bacs, ce qui facilite leur hivernage dans un local clair maintenu hors gel dans les régions à hivers rigoureux.

Palmier Phoenix canariensis ou palmier d’Hyères ou dattier des Canaries

Comment planter les palmiers ?

Nos palmiers sont livrés en pot. Leur installation est possible toute l’année, mais ils préfèrent être plantés au printemps de mars à juin.

Niveau exposition, ils poussent au soleil comme à mi-ombre et apprécient les situations abritées des vents froids d’hiver, susceptibles d’abimer leur feuillage persistant.

Les palmiers s’adaptent à la majorité des sols, avec une prédilection pour les sols drainés sans humidité stagnante en hiver. Certains tolèrent même les terrains calcaires et secs qui ralentissent cependant leur croissance déjà lente. Les préférences en termes de sols sont spécifiées pour chaque palmier dans leur descriptif.

Plantation en pleine terre en 4 étapes :

Pour une plantation en pleine terre, choisissez d’abord l’emplacement avec soin. En dehors des climats favorisés de la Méditerranée et du littoral atlantique, privilégiez une situation abritée des vents dominants.

  1. Préparez le trou de plantation en creusant sur 50 à 60 cm de profondeur pour bien ameublir la terre, et sur environ 50 cm de large. Enlevez les racines des herbes indésirables.
  2. Laissez les éventuels cailloux pour assurer un bon drainage, qui peut être amélioré par du gravier, de la pouzzolane ou des tessons de poterie apportés au fond du trou de plantation en sol humide.
  3. Mélangez à la terre extraite environ un tiers de bon terreau plantation enrichi de 2-3 pelletées de fumure organique. Arrosez copieusement le palmier avant plantation ou faites-le tremper dans une bassine d'eau pour bien hydrater la motte de terre.
  4. Commencez à replacer de la terre dans le trou de plantation. Dépotez délicatement le palmier, desserrez légèrement les racines enchevêtrées et placez la motte de la plante de sorte à ce qu’elle coïncide avec le niveau naturel du terrain. En sol à tendance argileuse ou humide, effectuez une plantation surélevée « sur butte » de sorte à ce que l’eau ne stagne pas au pied du palmier.
  5. Arrosez après plantation et étalez un paillage végétal (écorces, paillettes de lin, cosses de cacao) ou minéral (galets, graviers, pouzzolane) qui protègera le sol tout en gardant ce qu’il faut d’humidité.

Plantation en bac :

Tous les palmiers s’adaptent très bien à la plantation en bac, ce qui permet leur culture partout en France. Il est ainsi plus facile de les protéger du froid en hiver en les rentrant dans un local lumineux hors gel.

Leur culture est facile en prenant soin de préparer un mélange « maison » composé d’un tiers de terreau pour plantation, un tiers de terre végétale (ou de jardin), et le tiers restant à parts égales de compost et de drainage (billes d’argile expansée, pouzzolane, etc.). Par défaut, un terreau pour Plantes Méditerranéennes peut convenir. Choisissez des pots de 40 à 50 cm de côté et de profondeur pour garantir une croissance harmonieuse.

Comment entretenir les palmiers ?

Les palmiers sont peu exigeants et ne demandent pas beaucoup d’entretien. Même s’ils tolèrent la sécheresse, les jeunes plantations en pleine terre nécessitent des arrosages réguliers sans excès en périodes sèches les 2 ou 3 premières années.

Peu gourmands, ils se contentent d’un ou deux apports de compost bien mûr ou d’engrais organique durant leur période de croissance au printemps et en début d’été.

Les palmiers ne craignent pas les maladies et sont peu sujets aux attaques de parasites. Sur le littoral, les palmiers adultes sont parfois attaqués par le charançon rouge du palmier. Le piégeage et des traitements spécifiques à base de nématodes (vers microscopiques parasites) peuvent être mis en place pour lutter contre ce ravageur. 

La taille se résume à la coupe des feuilles sèches au printemps ou en début d’été. Coupez au plus près du stipe à l’aide d’un sécateur ébrancheur ou d’une scie d’élagueur si besoin. Si vous devez couper des palmes encore vertes, conservez la base du pétiole (environ 15-20 cm) qui servira de protection au stipe en formation. Vous ne supprimerez totalement ces reliquats qu’après quelques années, une fois bien secs.

En pot, les palmiers apprécient d’être régulièrement arrosés. Profitez de ces arrosages réguliers pour apporter un engrais liquide type arbustes ou plantes vertes aux dosages indiqués sur l’emballage. La taille des palmes est strictement la même que pour les palmiers plantés en pleine terre.

Comment protéger les palmiers en hiver ?

Les palmiers, une fois implantés et acclimatés, peuvent supporter le gel. Néanmoins, chaque variété possède sa propre rusticité. Celle-ci est aussi liée à la qualité de la terre (elle est meilleure en terre bien drainée) et à l’exposition (le vent augmente les effets du gel). Les palmiers cultivés en bac sont plus vulnérables, du fait que leurs racines ne sont protégées que par la matière du pot.

TABLEAU INDICATIF DE RUSTICITE (Pleine terre)

Nom commun

Nom latin

Rusticité plants adultes

Palmier bleu du Mexique

Brahea armata

-10°C à -12°C

Palmier abricot

Butia capitata = B. odorata

-10°C

Palmier nain

Chamaerops humilis

-10°C à -12°C

Palmier nain

Chamaerops humilis ‘Compacta’

-12°C à -15°C

Cocotier du Chili

Jubaea chilensis

-15°C à -18°C

Dattier des Canaries

Phoenix canariensis

-8°C à -12°C

Palmier chanvre, palmier de Chine

Trachycarpus fortunei

-15°C à -18°C


Une protection hivernale est conseillée pour les jeunes plantations lorsque des gelées sont annoncées. Paillez abondamment le sol avec des feuilles mortes ou de la paille broyée maintenu par des branches et enveloppez votre jeune palmier dans un voile d’hivernage. Ramenez avec précaution les feuilles en hauteur et attachez-les avec un lien. Cela empêche l’humidité d’entrer dans le cœur du palmier (la partie la plus sensible !). Couvrez le tout par le voile d’hivernage, qu’il faut penser d’ouvrir un peu par temps doux.

Les palmiers cultivés en pots peuvent être rentré dans un local lumineux maintenu hors gel en cas de grands gels (garage, véranda peu chauffée, etc.). Si vous devez les rentrer directement dans votre appartement, sachez qu’ils craignent l’atmosphère sèche de nos intérieurs. Eloignez-les de toute source de chaleur et pensez à brumiser leur feuillage avec de l’eau claire.

Palmier Chamaerops humilis ‘Compacta’ ou Palmier nain méditerranéen compact

Quelles associations avec les palmiers ?

Les palmiers apportent une touche exotique très marquée. Ils sont indissociables des jardins méditerranéens et entrent naturellement dans la décoration végétale des abords de piscine.

Comme ils apprécient les situations abritées des vents froids, ils excellent également dans le décor urbain des cours intérieures et des patios où ils sont également moins assujettis aux morsures du gel.

Compte tenu de leur silhouette originale et spectaculaire, on plante généralement les palmiers en isolé. Il est aussi possible de les planter en groupe de même variété ou en massifs de variétés différentes. Grâce à la diversité de leur feuillage, vous recréerez ainsi une véritable ambiance de jungle.

Ils s’associent naturellement à toutes les autres plantes d’aspect exotique comme les bambous, les yuccas, les lins de Nouvelle-Zélande (Phormium), les eucalyptus, les grands cannas, les arums ou les agapanthes.

Ce sont des sujets de choix quand ils sont installés en grands pots. Ils apportent alors, en plus de leur exotisme, une certaine prestance sur les terrasses et grands balcons ensoleillés.

Nos palmiers d'extérieurs

NEWSLETTER Meilland Richardier

Ne manquez plus les dernières promotions & nouveautés