Depuis 1867, Créateur-Producteur de Roses et Sélectionneur de Plantes & Accessoires pour Jardins
Service clients 04 78 34 46 52
FR
Menu
COVID-19 : Notre Activité et les Expéditions sont maintenues. Livraison en 8 à 10 jours

La palmette, qu’est-ce que c’est, comment la planter, la tailler et l’entretenir ?

Les mots de l’horticulture et des professionnels du végétal sont souvent méconnus du grand public et parfois source d’interprétations hasardeuses. Il arrive que l’on achète des plantes sans vraiment savoir ce que c’est et comment procéder pour la plantation, la taille et l’entretien… Notre équipe d’experts répond à toutes les questions que l’on peut se poser au sujet des fruitiers en palmette, et vous apporte tous les conseils nécessaires à votre réussite.

Qu’est-ce qu’une palmette ?

Pour le pépiniériste, la palmette définit un arbre palissé, c’est-à-dire attaché contre un support, et contraint par une taille qui lui donne sa silhouette. C’est une forme fruitière déjà aboutie qui demande des tailles régulières et plutôt techniques.

La palmette est donc un fruitier à plat en 2 dimensions (sans volume). Elle est produite à partir d’un scion greffé sur un porte greffe spécifique (moins poussant et qui favorise une mise à fruit rapide), retaillé à 30 cm du sol, et dont les ramifications sont contraintes et attachées sur un support. La forme palmette la plus courante et la plus simple est le U simple, muni de deux bras coudés puis redressés à la verticale. Mais on peut parfois dénicher chez des petits pépiniéristes spécialisés et passionnés des palmettes aux formes plus complexes.

La palmette U simple porte deux branches (nommés bras) issues du tronc principal, palissées à l’horizontal puis coudées et redressées à la verticale. L’écartement entre les deux bras verticaux est d’environ 40-50 cm. Nos fruitiers palmette, âgés de 3-4 ans sont livrés en racines nues (sans motte) et en repos végétatif (sans feuilles, sans fleurs et sans fruits). Issus directement de pépinières en pleine terre, ils bénéficient d’une seule transplantation et s’installent plus facilement dans leur nouvel espace.

Les palmettes commencent à produire des fruits dès la deuxième année de plantation.

Pour assurer une productivité élevée sur un minimum d’espace, les arbres fruitiers en palmette demandent des tailles régulières en hiver puis en été. Les jardiniers débutants intéressés par ce type de fruitiers se reporteront à la littérature (comme le guide La Taille Tranquille, mais il en existe beaucoup d’autres !) pour connaître toutes les astuces et découvrir les secrets de cette taille d’expert.

Les arbres fruitiers en palmette trouvent leur place dans tous les jardins, grands ou petits. Plantés le long de murs bien exposés (en espalier), ils permettent la culture d’arbres fruitiers exigeants en chaleur pour la maturation de leur fruits (comme les poiriers). Installés sur une structure isolée (tuteurs métalliques, fils de fers et tasseaux), ils forment des haies séparatives et productives nommées contre-espaliers.

Comme ils ne prennent pas beaucoup de place, ces arbres taillés se cultivent également en grands bacs sur les terrasses bien exposées ou les balcons ensoleillés. Attention néanmoins aux arrosages et aux apports d’engrais, qui doivent être réguliers tout au long de l’année.

Pommiers en palmette
Poiriers en palmette

Quand et comment planter son arbre fruitier en palmette ?

Les plantations se déroulent durant la période de repos végétatif, soit entre mi-novembre et mi-mars. Plus tard, c’est encore possible mais il faudra alors assurer un suivi de plantation plus important. Idéalement, préparez la terre à l’avance pour bien l’ameublir, l’amender au besoin et pouvoir installer vos arbres à réception. Les besoins spécifiques de chaque espèce fruitière sont développés dans leur fiche conseil. Voici les conseils de base :

1. Réalisez un trou de plantation d’environ 40-50 cm de diamètre et de profondeur. Enlevez les restes de racines et de végétation, sans oubliez les gros cailloux. Apportez de l’engrais organique (Lombricompost + corne torréfiée) qu’il faut bien incorporer à la terre du fond du trou, puis recouvrez d’une couche de 15-20 cm de terre bien émiettée afin que les racines ne touchent pas l’engrais.
2. Coupez légèrement l’extrémité des racines de la palmette, puis enrobez-les de pralin, qui est une boue légèrement liquide et fertilisée. Ce pralinage améliore une meilleure cohésion entre les racines et la terre et favorise la naissance de nouvelles racines.
3. Placez votre fruitier en palmette le long du système de palissage. Ajustez correctement le collet de l’arbre au niveau du sol. Le collet correspond à la zone de jonction entre les racines (qui sont dans la terre) et le tronc de l’arbre (qui est en dehors de la terre). Il se reconnaît à la différence de couleur de l’écorce et coïncide fréquemment avec le point de greffe de l’arbre (renflement à la base du tronc).
4. Remblayez le trou de plantation avec la terre extraite bien émiettée, dans laquelle vous aurez ajouté un peu de terreau. Faites bien glisser la terre entre les racines et tassez légèrement. N’oubliez pas de confectionner une cuvette pour l’arrosage.
5. Arrosez abondamment (15-20 litres d’eau) à la plantation pour tasser naturellement la terre autour des racines. Un épais paillage au pied de l’arbre garde naturellement l’humidité du sol et évite le développement des herbes indésirables.

Faut-il tailler son fruitier en palmette à la plantation ?

Oui, et c’est évidemment recommandé pour favoriser sa bonne reprise. Nous pré-taillons les branches des palmettes à la préparation des colis, mais une taille plus courte concentre la sève, réduit la quantité de bourgeons à nourrir et entraîne un départ de végétation bien plus fort.

Coupez les bras (les branches qui partent à la verticale) à environ 20/30 cm au-dessus du coude. Plus la plantation est tardive, plus la taille est sévère ! Une coupe sévère des branches à 10 cm au-dessus du coude est préférable pour assurer la reprise de l’arbre, plutôt que de laisser toute la longueur des bras dépérir faute d’être correctement alimentés en sève.

Et si je ne taille pas à la plantation ?

Reprise difficile assurée ! Nos fruitiers en palmette ont généralement suffisamment de ressources pour démarrer sans être retaillés, mais cette reprise est plus aléatoire. Un bras peut dépérir, voire les deux, ou la palmette végète sans se développer correctement. Elle est aussi plus sensible aux maladies et ravageurs, comme aux aléas climatiques.

 

Comment tailler son fruitier formé en palmette ?

Comme vu précédemment, la taille de plantation est essentielle et stimule la reprise. Puis la palmette se taille tous les ans, voire plusieurs fois par an, afin de lui conserver sa forme particulière et favoriser la naissance des pousses latérales courtes qui produisent les fruits, nommées coursonnes. Ces principes de tailles, souvent complexes, font appel à la connaissance et la reconnaissance des différents types de bourgeons et leur implantation : bourgeons à bois, pointu, qui donnera une branche, bourgeons à fruits, arrondis, qui fleurissent et produisent les fruits, bourses, aussi il est préférable de se référer à la littérature qui traite de ce sujet. Voici cependant les étapes de base :

- La première année, chaque bras taillé à la plantation produit 2 à 4 pousses vigoureuses. Conservez la plus puissante que vous attacherez sur le support dans le prolongement du bras sans la tailler, et coupez l’extrémité des autres à 15 cm.
- La deuxième année, en fin d’hiver, taillez le prolongement de chaque bras à 7/9 yeux (bourgeons) soit à 30/40 cm. Coupez les branches secondaires à trois yeux. En cours d’été, vous sélectionnerez la pousse la plus vigoureuse dans le prolongement du bras.
- Les années suivantes, le principe reste le même, en prenant soin de renouveler les coursonnes (rameaux fructifères) le long des bras. Une fois la hauteur souhaitée atteinte, vous couperez chaque hiver la palmette à la bonne hauteur, en prenant soin de conserver un rameau tire-sève.
- Après de nombreuses années, une taille de rajeunissement peut être effectuée, si la palmette fructifie moins ou s’est développée de façon anarchique faute de taille appropriée.

Ces principes sont communs aux pommiers et poiriers qui apprécient ce type de taille. Vous trouverez plus d’exemples et d’illustrations dans les livres et guides spécialisés comme le Guide Clause Vilmorin ou le Guide La Taille Tranquille. Les jardiniers les plus chevronnés peuvent créer une palmette de forme plus complexe à partir d’un scion et cherchent quant à eux des livres anciens qui donnent beaucoup d’exemples d’arbres palissés.

Comment entretenir son arbre fruitier en palmette ?

En dehors des travaux de taille, une palmette ne demande pas beaucoup plus de soins qu’un fruitier classique. Respectez simplement les conseils de base d’entretien (arrosage, fertilisation, protection sanitaire).

Les arbres fruitiers en palmette apprécient les arrosages copieux en périodes chaudes et sèches, favorables aux développement et mûrissement des fruits. La végétation reste également bien vigoureuse à l’aide des arrosages.

Chaque automne après la récolte, répartissez au pied de votre arbre fruitier une fumure organique (Lombricompost, corne torréfiée, fumier composté) ou un engrais pour fruitiers. Une palmette correctement fertilisée et arrosée est plus vigoureuse, et donc plus résistante aux maladies et aux parasites.

Au niveau sanitaire, nous conseillons de pulvériser à titre préventif un traitement phytosanitaire fongicide (anti-maladies) à la chute des feuilles en automne. Très polyvalente, la bouillie bordelaise à base de cuivre, détruit une grande partie des germes de maladies dues à un champignon (rouilles, oïdium, tavelure, etc.) et possède une action bactéricide.

Pendant l’hiver (en dehors des fortes gelées), appliquez également un traitement insecticide à base d’huile appelé « traitement d’hiver » qui élimine les formes hivernantes des insectes nuisibles comme les pucerons et les cochenilles. Après la taille de février-mars, une petite pulvérisation de bouillie bordelaise favorise la cicatrisation des plaies de taille.

Plus d'informations

Þ     Nos conseils d’entretien du fruitier en scion, c’est par ici

Þ     Nos conseils d’entretien du fruitier en gobelet, c’est par là

Þ     Nos conseils d’entretien du fruitier en demi-tige, c’est par ici !

NEWSLETTER Meilland Richardier

Ne manquez plus les dernières promotions & nouveautés