Depuis 1867, Créateur-Producteur de Roses et Sélectionneur de Plantes & Accessoires pour Jardins
Service clients 04 78 34 46 52
DE 9H À 18H
FR
Menu
L'AUTOMNE ARRIVE : connaissez-vous les avantages de planter à l'automne ?

Rosiers tiges et pleureurs, nos conseils de plantation, de taille et d’entretien

Prestigieux et très décoratifs, les rosiers tige, rosiers demi-tige et rosiers pleureurs sont des formes de rosiers créées de toute pièce. Il s’agit de variétés de rosiers buissons, ou couvre-sol à branches souples pour les rosiers pleureurs, greffées au sommet d’une tige d’églantier.

Petit rappel : qu’est-ce qu’un rosier tige, qu’est-ce qu’un rosier pleureur ?

- Le rosier tige « standard » possède un tronc d’environ 100/110 cm de haut, sur lequel est greffé une variété de rosiers à grandes fleurs. En pleine floraison, il forme une boule de grandes roses et mesure entre 150 et 180 cm.
- Le rosier demi-tige est greffé sur un tronc de 60/80 cm de haut. Les variétés à port souple comme les rosiers DRIFT ® donnent des rosiers semi-pleureurs, les autres (buissons à fleurs groupées ou paysagers buissonnants) forment une boule de roses groupées au sommet du tronc. En pleine floraison, le rosier demi-tige mesure entre 110 et 150 cm de hauteur.
- Le rosier pleureur est en fait un rosier paysager couvre-sol à grand développement, plus rarement un rosier grimpant (du moins chez nous !), greffé en haut d’un tronc de 140/170 cm de hauteur. A partir de ces greffes (généralement 2), les branches retombent souplement en cascades fleuries. En pleine floraison, le rosier pleureur atteint environ 2m de haut. Nos rosiers pleureurs sont tous remontants.

Comment réussir la plantation de son rosier tige ou pleureur en pleine terre ?

La plantation d’un rosier tige ou pleureur ne diffère guère de celle d’un rosier buisson. La plantation se déroule de mi-octobre/début novembre jusqu’à fin avril pour les rosiers tiges et pleureurs livrés à racines nues ou en motte reconstituée. Les rosiers livrés en pot peuvent être plantés presque toute l’année, en dehors des périodes de gel ou de chaleur/sécheresse intenses. L’automne reste toujours la meilleure période.

Voici les étapes de plantation d’un rosier tige ou pleureur à racines nues (sans motte)

  1. Préparez le terrain par un bêchage soigneux (voir notre conseil : comment préparer le terrain)
  2. Préparez votre rosier : recoupez l’extrémité des racines et des branches, supprimez celles en surnombre, abimées ou mal placées. 2/3 branches par greffes suffisent !
  3. Puis plongez les racines de votre rosier dans du pralin. Le pralin est une boue légèrement liquide, fertilisée, qui favorise la cohésion entre les racines du rosier et la terre. Le pralinage consiste donc à enrober les racines de pralin.
  4. Ouvrez le trou de plantation, suffisamment grand pour accueillir le volume des racines. Si le terrain n’a pas été préparé à l’avance, creusez sur 50 cm de diamètre et de profondeur pour bien ameublir la terre et l’améliorer au besoin (voir préparation du terrain).
  5. Enfoncez un solide tuteur dans le trou de plantation. Un solide tuteur en bois ou en métal peut convenir un rosier tige ou demi-tige. S’il s’agit d’un rosier pleureur, choisissez un modèle spécial, nommé tuteur parapluie.
  6. Placez le rosier avec son collet au niveau du sol. Le collet correspond au point de jonction entre les racines et le départ du tronc. On le repère généralement par un renflement.
  7. Rebouchez délicatement le trou de plantation en faisant bien glisser la terre émiettée entre les racines. Tassez légèrement puis formez une cuvette pour l’arrosage.
  8. Arrosez copieusement jusqu’à saturation.
  9. Protégez votre rosier tige (ou pleureur) si de fortes gelées sont annoncées. Enveloppez-le dans un voile d’hivernage, qu’il faudra ouvrir en période de redoux. Pensez à arroser, même durant l’hiver.

 

La plantation d’un rosier tige, demi-tige ou pleureur livré en motte reconstituée ou en pot ne diffère guère, l’étape du pralinage en moins !

Comment bien placer le parapluie pour mon rosier pleureur ?

Pour soutenir efficacement les branches de votre rosier pleureur, les greffes (départs des branches) doivent se situer 5 à 10 cm sous le sommet du parapluie. Les branches se développent ainsi au travers de l’ombrelle et peuvent être réparties plus harmonieusement par palissage. 

Le tuteur parapluie se monte par emboîtage. Afin de régler facilement la bonne hauteur, ôtez un élément tubulaire vertical ou sciez-le proprement avec une scie à métaux.

Comment réussir la plantation de son rosier tige en pot ?

Compte tenu du développement et de la prise au vent des rosiers tige et pleureurs, leur culture en pot n’est pas la chose la plus aisée à réussir. Les rosiers demi-tige sont néanmoins plus faciles à réussir. Retrouvez nos conseils d’experts pour bien cultiver ces rosiers en grand pot !

Quand et comment tailler son rosier tige ?

Comme il s’agit de variétés de rosiers buissons ou paysager greffés au sommet d’un tronc, la période de la taille des rosiers tige est sensiblement la même que celle des rosiers classiques.

 J’habite dans… (type de climat)

 Je taille entre

 Le Sud ou le Sud-Ouest (méditerranéen-océanique)

 Le 15 et le 28 (29) février

 Le Nord-Ouest (océanique), l’Ile de France (océanique dégradé)

 Le 1er et le 15 mars

 Le Nord, l’Est ou le Centre (continental dégradé/plaine)

 Le 15 et le 31 mars

 Les régions de montagne (continental/montagnard)

 Le 1er et le 15 avril

 

Comme pour les rosiers buissons classiques, la taille d’un rosier tige a pour but d’obtenir une tête dense, bien garnie et ramifiée portant de nombreuses fleurs. Une taille courte voire très courte est donc nécessaire.

Otez le bois mort et les branches trop frêles ou mal placées qui se développent au cœur de la silhouette. Les branches conservées sont coupées à 15-20 cm du tronc maximum, de préférence au-dessus d’un œil (bourgeon) dirigé vers l’extérieur de la silhouette. Privilégiez toujours les branches les plus jeunes (à l’écorce lisse) et supprimez les branches les plus âgées (à l’écorce grise souvent rugueuse).

 


tailler à la plantation rosiers tiges et pleureurs

Une deuxième taille, moins sévère, peut être programmée à l’entrée de l’hiver. Il s’agit plus d’une taille de nettoyage à but esthétique. Néanmoins, en situation ventée, le fait de réduire d’un tiers le volume de la tête de votre rosier tige préserve ses greffes d’un éventuel incident climatique.

Quand et comment tailler son rosier pleureur ?

La végétation du rosier pleureur est souvent plus précoce. La taille printanière intervient donc un peu plu tôt dans la saison.

 J’habite dans… (type de climat)

 Je taille entre

 Le Sud ou le Sud-Ouest (méditerranéen-océanique)

 Le 1er et le 15 février

 Le Nord-Ouest (océanique), l’Ile de France (océanique dégradé)

 Le 15 et le 28 (29) février

 Le Nord, l’Est ou le Centre (continental dégradé/plaine)

 Le 1er et le 15 mars

 Les régions de montagne (continental/montagnard)

 Le 15 mars et le 15 avril

 

Le rosier pleureur se taille peu, ceci dans le but d’obtenir l’effet « fontaine de roses » recherché. Néanmoins, les 2 premières années, nous vous conseillons de supprimer les petites brindilles faibles et de tailler de la moitié de leur longueur les quelques branches retombantes. Cette taille a pour but de favoriser la ramification et la densification de la tête du rosier pleureur.

Les années suivantes, le principe de la taille du rosier pleureur se rapproche de celui du rosier grimpant : simplifier la ramure du rosier, conserver les longues branches charpentières et les répartir harmonieusement sur l’ombrelle du tuteur parapluie.

Supprimez bien les branches mortes et recoupez court les ramifications secondaires qui ont porté les fleurs l’été précédent. Conservez les jeunes branches les plus longues qui permettent de renouveler les charpentières les plus âgées et moins florifères, reconnaissables à leur écorce grisée et rugueuse.

Vient l’étape du palissage… Celui-ci est facultatif, mais si vous souhaitez obtenir une belle cascade régulière, c’est le passage obligé ! Répartissez les branches conservées sur l’ombrelle du tuteur parapluie, puis attachez-les sans trop serrez pour les maintenir en place.

Pourquoi mon rosier pleureur ne pleure pas ?

Chez le rosier pleureur, la sève doit faire un long trajet pour alimenter les greffes situées au sommet du tronc. Cela peut ralentir le développement des longues branches retombantes. Le rosier pleureur forme alors une boule de branches frêles et fleuri peu.

Si vous constatez ce phénomène sur votre rosier pleureur, voici quelques astuces pour l’aider à se développer. Jouez du sécateur, conservez seulement 2-3 branches fortes par greffe, et supprimez toutes les branches frêles. Recoupez les branches conservées à 20-25 cm du tronc.

Pensez bien à arroser régulièrement et copieusement votre rosier pleureur afin de maintenir une bonne végétation. De l’engrais spécial rosiers ou de la fumure organique favorise également la croissance du rosier pleureur.

Comment bien entretenir son rosier tige ou pleureur ?

L’entretien courant d’un rosier tige, demi-tige ou pleureur ne diffère guère de celui d’un rosier buisson classique. Vous retrouverez tous nos conseils et astuces de rosiéristes dans nos pages conseils d’entretien courant, de protection sanitaire ou contre les intempéries.

Les rosiers tige, demi-tige ou pleureurs demandent souvent des arrosages plus copieux, du fait que la sève doive effectuer un plus long trajet pour alimenter les greffes situées au sommet du tronc.

Ils peuvent aussi s’avérer plus sensibles aux fortes gelées (inférieures à -10°C ou prolongées), toujours du fait des greffes au sommet de la tige. Un voile d’hivernage peut simplement entre tendu sur le rosier en cas de gelées faibles (de l’ordre de -5°C à -7°C) surtout pour les plantations récentes.

Si vous habitez en climat très froid, pensez bien à préserver vos rosiers greffés sur tige si de fortes gelées sont annoncées. Mieux vaut prévenir que guérir !

Emmitouflez le tronc dans un manchon de paille ou une protection en mousse (destinée à l’isolation des canalisations). Placez également de la paille broyée ou des feuilles mortes autour des greffes, que vous maintiendrez par un voile d’hivernage. Vous voilà tranquille pour l’hiver ! En cas de redoux, ouvrez les protections afin que votre rosier puisse respirez et arrosez-le un peu…

Il arrive parfois, surtout les premières années, que des pousses vigoureuses naissent au pied du rosier greffé sur tige, ou directement sur le tronc. Ce sont des sauvageons, repousses du porte-greffe qui détournent la sève à leur profit. Eliminez-les au plus près de leur départ, quitte à creuser pour supprimer ceux qui se développent à partir des racines ! En prenant de l’âge, le tronc des rosier tige, demi-tige et pleureurs grossit et ne produit plus de sauvageons.

Comment supprimer les roses fanées de son rosier tige ou pleureur ?

Pour favoriser la continuité de la floraison, nous vous conseillons de couper au fur et à mesure les roses fanées sur vos rosiers tige et demi-tige.

Pour les rosiers tige à grandes fleurs, coupez la rose fanée 10-15 cm sous la fleur, au-dessus d’une feuille « entière » composée de 5 folioles. Pour les rosiers demi-tige dont les roses sont groupées en bouquets, vous supprimez le bouquet entier une fois totalement fané, toujours au-dessus d’une feuille « entière » à 5 folioles.

La floraison des rosiers pleureurs est si généreuse qu’ôter toutes les roses fanées se révèle être le 13ème travail d’Hercule ! Les jardiniers les plus soigneux coupent les bouquets de roses fanées un à un, juste au-dessus d’une feuille entière (à 5 folioles). Les plus pressés sortent la cisaille à haie, c’est plus radical même si le travail est moins précis. Les variétés que nous proposons greffées en rosier pleureur sont naturellement robustes et tolèrent bien ce genre de taille !

NEWSLETTER Meilland Richardier

Ne manquez plus les dernières promotions & nouveautés