Depuis 1867, Créateur-Producteur de Roses et Sélectionneur de Plantes & Accessoires pour Jardins
Service clients 04 78 34 46 52
Lun./vend. : 9H À 18H Sam. : 9H À 12H30
FR
Menu
EXPÉDITIONS : suite à des délais d’approvisionnement allongés, les temps de préparation des commandes sont de 7 à 10 jours.

Rosiers grimpants, nos conseils de plantation, de taille et d’entretien

Les rosiers grimpants sont vraiment spectaculaires en pleine floraison. Ils garnissent généreusement murs, clôtures, structures diverses (colonne, arches, kiosque, tonnelle, pergola, etc.) de leur floraison renouvelée. Tous nos rosiers grimpants sont remontants et offrent au minimum deux vagues de fleurs dans la saison.

Le terme « grimpant » pourrait être impropre pour les qualifier, car ils ne grimpent pas seuls sur leur support. On devrait plutôt les qualifier de « rosiers sarmenteux ».

Les rosiers grimpants ne sont pas volubiles et ne possèdent pas d’organes de fixation comme d’autres plantes grimpantes. Ils doivent donc être fixés et attachés contre un support, le plus à l’horizontale possible ce qui favorise une floraison sur toute la longueur des branches. C’est ce qu’on appelle le palissage.

- Comment bien choisir son rosier grimpant ?

Comment bien placer son rosier grimpant en fonction du support ?

Comment réussir la plantation de son rosier grimpant ?

- Pourquoi palisser un rosier grimpant ?

Quand et comment tailler et palisser son rosier grimpant ?

Palissage des rosiers grimpants, mode d’emploi

Comment bien entretenir son rosier grimpant ?

Comment couper les roses fanées ?

Pourquoi mon rosier grimpant ne grimpe pas ?

Pourquoi mon rosier grimpant ne fleurit pas ?

Comment bien choisir son rosier grimpant ?

Tout est affaire de goût personnel. Pensez surtout à vérifier la vigueur et le développement du rosier grimpant selon la place que vous souhaitez garnir. Cette indication est spécifiée dans chaque descriptif. Un rosier grimpant très expansif planté contre un petit mur ou sur un arceau vous obligera à le tailler souvent, et donc à supprimer une bonne partie de la floraison.

Comment bien placer son rosier grimpant en fonction du support contre lequel il doit grimper ?

  • - Contre un mur :

Observez le débord de toit : les racines de votre rosier grimpant doivent pouvoir bénéficier de l’eau de pluie. Le pied de votre rosier sera positionné au minimum à 30-40 cm du mur. N’hésitez pas à bien travailler la terre, l’améliorer selon sa nature (nos conseils par ici !). Il est parfois nécessaire de la remplacer car la qualité n’est pas toujours au rendez-vous au pied des murs, notamment ceux de la maison où elle aura été remblayée avec des débris de matériaux de construction… 

Plantation d'un rosier grimpant

 

 

 

 

 

 

 

 

  • - Contre un grillage, une palissade : 

Placez votre rosier directement contre le grillage, son pied à 20-25 cm de l’aplomb de la clôture. 

  • - Contre une colonne : 

Comme les branches du rosier doivent être palissées, il est plus simple de planter le rosier grimpant à l’extérieur de la structure, afin d’enrouler et d’attacher en spirale ses longues branches autour de la structure. S’il s’agit d’une colonne de grande dimension, il est judicieux de planter 2 rosiers placés à l’opposé l’un de l’autre.

  • - Contre un arceau, une arche : 

Placez votre rosier grimpant à l’extérieur du passage, au pied de l’arceau. Afin de garnir correctement les deux côtés du passage, prévoyez un rosier de chaque côté pour qu’ils se rejoignent au sommet de l’arceau. Les branches des rosiers seront enroulées et attachées en spirale autour de la structure.

  • - Sur une pergola, une tonnelle : 

Placez un rosier par montant vertical, ses branches seront enroulées en spirale autour. Pour les structures de grandes dimensions, il est possible de planter deux rosiers ensembles, un très poussant et vigoureux qui ira caracoler sur le toit de la pergola ou de la tonnelle, un à développement plus réduit pour garnir le montant de la pergola.

Comment réussir la plantation de son rosier grimpant en pleine terre ou en pot ?

Schéma plantation rosiers

Retrouvez tous nos conseils de plantation des rosiers par ici !

Comment réussir la plantation de son rosier grimpant en pleine terre ?

La première année, nous recommandons de supprimer les premières fleurs de votre rosier grimpant. Cela peut paraître cruel, mais la floraison qui intervient sur de jeunes rosiers récemment plantés ralentit la naissance des longues pousses vigoureuses qui deviendront les futures branches charpentières. En ôtant les boutons floraux, vous évitez un épuisement inutile du jeune rosier, favorisez son enracinement et donc sa croissance.

Comment réussir la plantation de son rosier grimpant en pot ?

Réussir la culture d’un rosier grimpant en pot demande un peu de doigté et d’expérience. Certaines variétés sont plus faciles à réussir même pour les débutants, comme ALLEGRO ® II Meileodevin, SABRINA ® Meiptorius, Mini PIERRE DE RONSARD ® Meibigboni ou Golden PAREO ® Meipiyou. 

Retrouvez toutes nos astuces d’experts par ici !

Pourquoi palisser son rosier grimpant ?

Pour mémoire, un rosier grimpant ne grimpe pas seul. Il a obligatoirement besoin d’être guidé et contraint pour fleurir correctement. Ses longues branches principales, nommées charpentières, doivent être attachées contre un support, le plus à l’horizontale possible, ou enroulées en spirale autour d’une structure. Cette action se nomme le palissage.

Un rosier grimpant guidé à la verticale vous offrira ses branches nues, avec un bouquet de végétation au sommet et quelques roses éparses. La sève, toujours attirée vers le haut, ne nourrit que le sommet des branches au lieu de se répartir sur leur longueur. En palissant les branches à l’horizontale, vous freinez la circulation de la sève, qui ainsi alimente tous les bourgeons qui portent les fleurs sur toute la longueur des branches.

Quand et comment tailler et palisser son rosier grimpant ?

Les rosiers grimpants démarrent en végétation souvent plus tôt que les autres rosiers, surtout s’ils sont placés contre un mur. La période de taille dépend aussi de votre climat. Un bon repère ? Votre rosier grimpant commence à bourgeonner, c’est le bon moment pour le tailler !

J’habite dans… (type de climat)

Je taille entre

Le Sud ou le Sud-Ouest (méditerranéen-océanique)

Le 15 janvier et le 15 février

Le Nord-Ouest (océanique), l’Ile de France (océanique dégradé)

Le 15 et le 28 (29) février

Le Nord, l’Est ou le Centre (continental dégradé/plaine)

Le 1er et le 15 mars

Les régions de montagne (continental/montagnard)

Le 15 mars et le 15 avril

 

Le principe de taille du rosier grimpant, c’est de conserver et simplifier sa charpente. Cette ossature est constituée de ses branches principales (les fameuses charpentières) qui sont palissées.

La simplification de la charpente consiste à couper toutes les petites branches secondaires, celles qui portent les fleurs. Les nouvelles pousses longues, qui ne manquent généralement pas de se développer à la base du rosier ou au niveau des arcures, sont conservées et palissées.

Sur les rosiers grimpants bien implantés, essayez également de supprimer une ou deux branches parmi les plus âgées (reconnaissables à leur écorce gris-brun) au profit des plus jeunes, à l’écorce lisse généralement verte ou bronze.

Voir notre conseils vidéo

 - Et si je ne taille pas du tout mon rosier grimpant ?

Les premières années, votre rosier grimpant poussera et fleurira bien voire abondamment. Mais au fil des années, ses branches charpentières vont grossir et il ne produira plus de nouvelles pousses à sa base. Il finira par se dégarnir du pied, vous offrant de fortes tiges nues surmontée d’une végétation broussailleuse peu florifère. Si une taille sévère de rajeunissement peut s’envisager, il est préférable d’intervenir chaque année afin de garder son rosier grimpant vigoureux et florifère.

Souvenez-vous, les rosiers aiment être taillés, cela ne leur fait que du bien !

Palissage des rosiers grimpants, mode d’emploi

Le palissage des rosiers grimpants s’effectue immédiatement après la taille. Equipez-vous d’une bonne paire de gants, mais également de vêtements robustes et de lunettes de protection, les branches robustes et épineuses des rosiers grimpants sont parfois revêches !

 

  • - Comment palisser son rosier grimpant contre un mur :

Le plus discret, c’est de tendre des fils de fers ou des câbles en acier à l’horizontale, le premier entre 50 et 70 cm du sol, puis tous les 30 cm jusqu’à la hauteur souhaitée. Pensez bien à « décoller » les fils du mur d’environ 10 cm, de sorte à favoriser la bonne aération de la végétation.

Commencez à garnir les fils du bas en courbant délicatement les branches charpentières. Attachez la branche sur le fil en plusieurs points, sans trop serrer pour éviter un étranglement. Puis, au fil des années, montez d’un ou deux « étages » en fonction du nombre de branches à palisser.

Si vous préférez fixer des treillages décoratifs (en bois ou en métal), pensez bien à les décoller du mur, toujours pour améliorer l’aération de la végétation. Le principe de palissage reste le même. Inutile d’entrelacer les branches de votre rosier au travers du treillage : en grossissant, elles peuvent le détériorer, et il est très difficile de les supprimer si elles dépérissent.

 

  • - Comment palisser son rosier grimpant contre un grillage, une palissade ?

Guidez et attachez (sans trop serrer) les branches de votre rosier grimpant le plus à l’horizontale possible, et garnissez progressivement la surface par « étage » au fil des années. Essayez de palisser les branches de votre rosier toutes du même côté du grillage, sans les faire passer au travers des mailles, cela facilite la taille comme l’élimination du bois mort.

 

  • - Comment palisser son rosier grimpant contre une colonne ?

Pour obtenir une magnifique colonne garnie de roses de la base jusqu’au sommet, les branches charpentières sont enroulées et attachées en spirale autour de la structure. Le plus simple (mais le plus long !), c’est de détacher toutes les branches charpentières du rosier pour ensuite les refixer de nouveau, sans trop les serrer. Faites en sorte de bien les répartir et de les attacher à intervalles réguliers pour que les roses couvrent la structure de manière uniforme.

S’il s’agit d’une colonne maçonnée ou un pilier, tendez verticalement 4 ou 5 fils de fer ou câbles en acier. Les branches de votre rosier grimpant sont alors attachées en spirale selon le principe évoqué ci-dessus.

 

  • - Comment palisser son rosier grimpant contre un arceau, une arche ?

Les branches des rosiers grimpants sont enroulées et attachées en spirale autour de la structure sur les montants verticaux, sur le même principe que pour une colonne. Pour garnir le sommet de l’arche, palissez les longueurs de branches restantes de sorte à ce qu’elles épousent l’arrondi de la structure.

 

  • - Comment palisser son rosier grimpant sur une pergola, une tonnelle ?

Enroulez les branches charpentières en spirale autour des montants verticaux selon le principe de la colonne. Une fois arrivé au sommet, répartissez les branches à l’horizontale de sorte à couvrir harmonieusement la surface disponible.

Comment bien entretenir son rosier grimpant ?

En dehors du palissage qui reste primordial, un rosier grimpant s’entretient aussi facilement qu’un rosier buisson ! Retrouvez nos conseils d’entretien courant, de protection sanitaire ou contre les intempéries dans les chapitres correspondants.

Ce qui pose souvent question, ce sont les pousses qui naissent à la base du rosier grimpant. S’agit-il de repousses du porte-greffe (sauvageons) ou de pousses issues de la greffe (gourmands) ?

Le gourmand est une pousse vigoureuse issue de la greffe, ou à la base d’une branche principale (charpentière). Ses feuilles comptent de 5 jusqu’à 11 folioles. Ces pousses, très puissantes et à croissance rapide, sont fréquemment brillantes ou satinées, d’ordinaire teintées de bronze ou de rouge. Elles permettent le renouvellement de la charpente du rosier. Il faut donc bien les conserver, les laisser s’allonger puis les palisser.

Le sauvageon, quant à lui, est un rejet issu du porte-greffe, parfois à quelque distance du pied du rosier. Son feuillage est totalement différent de celui de la variété greffée, souvent plus petit, vert pâle mat, et il compte généralement 7 folioles ou plus. Ces rejets détournent toute la sève à leur profit, au détriment de la partie greffée. Il est impératif de les supprimer au plus près de leur départ, quitte à creuser pour éliminer ceux issus d’une racine. 

Comment couper les roses fanées de son rosier grimpant ?

Particulièrement généreux, tous nos rosiers grimpants sont remontants et refleurissent au moins une fois après leur première floraison de fin de printemps et début d’été. Cette première floraison, si intense et exceptionnelle, peut donner lieu à une fructification qui épuise inutilement la plante. Nous vous conseillons donc de couper les fleurs fanées.

Pour les rosiers grimpants à grandes fleurs, coupez la rose fanée à une dizaine de centimètre sous la fleur, au-dessus d’une feuille « entière » à 5 folioles. Dans le cas des rosiers grimpants qui fleurissent en grappes, attendez que tout le bouquet soit fané pour le tailler sur le même principe.

Rosier Grimpant LA SEVILLANA ® Meige-kanusar

Pourquoi mon rosier grimpant ne grimpe pas ?

Ce phénomène arrive parfois avec des variétés qui n’existent qu’en version grimpante. Dans notre jargon, on les appelle « grimpants d’origine », par opposition aux rosiers grimpants issus de mutation naturelle de rosiers buissons.

Le rosier reprend bien, fleurit même beaucoup mais tarde à produire ses charpentières. Il reste désespérément buissonnant… Sur de jeunes rosiers grimpants encore en phase d’enracinement, la floraison reste un effort important qui détourne l’énergie de la plante au détriment de sa croissance. C’est pour cela que nous recommandons de supprimer les boutons floraux la première année !

Vous redonnerez de la vigueur à votre rosier grimpant en le retaillant très court à 5-10 cm de son point de greffe en février-mars. Apportez une fumure organique (lombricompost, fumier composté) ou un engrais spécial rosier pour aider à la repousse printanière. Laissez les branches se développer mais coupez bien les boutons floraux pour favoriser la croissance du rosier.

Si cette action choc ne fonctionne pas, il faudra songer à déplacer votre rosier, il est possible que la nature du sol ou l’exposition ne lui conviennent pas.

Pourquoi mon rosier grimpant ne fleurit pas ?

Ce phénomène peut se produire avec des rosiers grimpants très vigoureux, notamment ceux issus de mutation naturelle de rosiers buissons (et qui donc existe en version buisson et en version grimpant). Ils poussent vite et très puissamment avec de grosses branches rigides, mais ils ne fleurissent pas.

L’erreur la plus courante consiste à tailler les branches. Le résultat est une croissance désordonnée de nouvelles branches charpentières et toujours pas de fleurs ! Pour une fois, laissez votre sécateur dans le tiroir…

Si vous êtes confronté à ce phénomène, prenez le temps, en automne ou en fin d’hiver, de bien palisser à l’horizontale les grandes branches vigoureuses de votre rosier grimpant. Comme vu précédemment, la sève ainsi freinée alimente les bourgeons latéraux florifères.

Le fait d’arquer les branches favorise la floraison, et provoque à coup sûr la naissance de nouvelles pousses à la base du rosier, ou au niveau des arcures. Laissez ces branches s’allonger naturellement puis palissez-les à l’horizontale pour créer un « étage » supplémentaire.

 

Avant d’effectuer votre achat, vérifiez bien la vigueur du rosier grimpant sur lequel vous avez craqué… Cette information est relayée dans chaque descriptif. Un rosier très exubérant planté contre une surface réduite ou un petit support risque de vous décevoir !

Tous les produits de cette inspiration

NEWSLETTER Meilland Richardier

Ne manquez plus les dernières promotions & nouveautés